Ou l’intérêt de la priorisation MoSCoW

MoscowJ’ai été amené récemment à assister un Product Owner à préparer une réunion de priorisation de backlog (outre la personne en question, à la réunion y assistaient trois autres pour leur première priorisation de ce type). Deux façons se présentaient à nous: prioriser sur 100 points ou démarrer par une priorisation MoSCoW.

Pour rappel MoSCoW est un acronyme et permet de découper les priorités en 4 parties:

Must have: Priorité maximale pour un besoin ou une fonctionnalité absolument indispensable sans quoi le produit est inutile

Should have: La fonctionnalité a une très haute valeur ajoutée et doit absolument être incluse si le temps le permet. Cependant, si ce n’est pas le cas, on peut répondre au besoin d’une autre façon

Could have: Le petit plus Periglioni comme dirait Elie Semoun, le besoin n’est pas absolument nécessaire mais n’est pas négligeable car il peut permettre de faire la différence.

Won’t have but Would have: La réponse à ce besoin est pour le moment hautement secondaire et ne doit pas passer avant le reste (la fonctionnalité n’est pas à développer dès la première itération).

 

Nous avons donc décidé de commencer par MoSCoW quitte à affiner avec la méthode des 100 points. Pourquoi

Écrit par : Grégory Alexandre

Laisser un commentaire

Vos données sont traitées par Goood! afin de publier votre commentaire. Les destinataires sont Goood! et son sous-traitant en charge de la gestion du serveur web (Rapidomaine). Les informations nécessaire au traitement de votre demande sont marquées par un astérisque. Pour plus d'informations sur le traitement de vos données et l'exercice de vos droits, reportez-vous à notre politique de confidentialité.

%d blogueurs aiment cette page :